Traces alimentaires : Peut contenir, fabriqué dans un atelier…


Si l’un affirme que l’aliment n’en contient pas, l’autre n’est pas du tout rassurant. Pas facile d’en comprendre réellement le sens selon l’industriel ! 


Rédaction : Isabelle SAVIO-TRAN 

Souvent notifiées sur les emballages alimentaires, les traces peuvent avoir une interprétation variable. 

Certes, lorsqu’on a une allergie alimentaire à l’un des 14 allergènes majeurs, l’exclusion de celui-ci ou de ceux-ci de constituent le meilleur traitement préventif.

Chez certains, la consommation des « traces » peut être autorisée sur l’avis médical de l’allergologue. Mais pour d’autres, cette mention est à adopter du régime alimentaire quotidien.

Est-ce une obligation légale ?

Non.  L’inscription des « traces » ne relève pas d’une obligation légale. Chaque industriel appose la mention sur la base du volontariat, à l’inverse de la présence dans la composition. Si les allergènes ne sont pas clairement notifiés dans la liste des ingrédients, cela signifie que le produit n’en contient pas. Mais les rappels de produits, de plus en plus fréquents, nous oblige à rechercher au-delà de la lecture selon l’aliment et les allergènes à proscrire.

En effet, à tout moment les agro-alimentaires peuvent modifier leurs recettes en intégrant de nouveaux ingrédients. C’est pourquoi, il est un recommandé de lire systématique les compositions de vos achats, même s’il s’agit d’aliments habituellement consommés.

Notre page associative veille à publier régulièrement les rappels de produits.

Que signifie les « traces » ?

Les allergènes inscrits dans la mention des « traces » ne font « normalement » pas parti de la composition du produit. Cela indique simplement qu’il a été fabriqué dans un atelier qui les utilise pour d’autres fabrications de produits.

Les industriels sont soumis à des règles d’hygiènes très strictes. C’est pourquoi, les cuves et réservoirs sont nettoyés entre chaque fabrication. Mais la présence fortuite d’un allergène n’est pas impossible d’où la mention parapluie des traces, l’industriel se prémunit de tout risque. 

Multiples mentions

Diverses inscriptions qui signifient la même interprétation ?

  • A pu être en contact avec d’autres ou des fruits à coque...
  • (Fabriqués dans un) atelier qui manipule ou utilise des fruits à coque
  • Contient des traces de…
  • Contient des fruits à coque, et autres allergènes
  • Éventuellement des traces de….
  • Éventuellement des fruits à coque, et autres allergènes
  • Existe des traces de…
  • Peut contenir des traces de…
  • Peut contenir des fruits à coque, et autres allergènes
  • Présence (éventuelle) de fruits à coque, et autres allergènes 
  • Présence de traces de…
  • Traces éventuelles de…
  • Traces possibles de…

Attention, les traces ne reposent sur aucun texte réglementaire. Lorsque la notification des « traces » n’est pas clairement écrite, il est possible que les allergènes se retrouvent en très faible quantité, voire même en nanoparticule dans le produit. Alors faut-il qu’il soit expressément écrit « traces » pour pouvoir comsommer le produit ?

Prenons l’exemple des fruits à coque Lorsqu’un produit stipule qu’il peut contenir des fruits à coque, en clair, c’est la roulette parce que la législation en regroupe 9 soit :

  1. Amande,
  2. Noisette,
  3. Noix,
  4. Noix du Brésil,
  5. Noix de cajou,
  6. Noix de Macadamia,
  7. Noix de Pécan,
  8. Noix du Queensland,
  9. Pistache.

Que disent la plupart des industriels ?

Si certains industriels affirment que l’indication des « traces » ne relève que d’une simple information, d’autres recommandent vivement aux personnes allergiques de ne pas les consommer.

De quoi s’y perdre derrière cette notion un peu « flou ». 

Une information encore moins rassurante

Afin de réduire les coûts, certains industriels utilisent des matières premières d’origines étrangères.

Du fait d’une provenance et d’une législation incertaine, les industriels français ne peuvent garantir que leurs produits n’aient pas été en contact avec les allergènes des ateliers de fabrication étranger. 

C’est pourquoi, certaines marques  se couvrent derrière ces multiples mentions de « traces ». 

Un étiquetage de précaution qui nécessite de se rapprocher de son allergologue. 


🔸SOUTENIR L’ASSOCIATION D’ENFANTS ALLERGIQUES EN ACCÉDANT AU FORMULAIRE DE DON.

A propos

Basée en Champagne-Ardenne, IsAllergies 51 est la 1ère association d’ENFANTS allergiques fondée en mai 2019, sous le régime de la loi du 1er juillet 1901, à but non lucratif.

Lire la suite