ALLERGIES

Reconnue et classée en 4ème maladie mondiale après le cancer, le sida et les maladies cardio-vasculaires, l’allergie est une pathologie chronique en forte progression. Elle touche près de 8 % les ENFANTS et particulièrement les plus jeunes.


Rédaction : Isabelle SAVIO-TRAN

L’allergie est une réaction anormalement excessive et indésirée du système immunitaire répondant à des substances (animales ou végétales), normalement inoffensives, appelées « allergènes ». Ces allergènes sont composés de protéines allergisantes mal tolérées par l’organisme.

Lorsqu’une personne a des allergies alimentaires, elle est donc allergique à une ou plusieurs protéine(s) de l’aliment. 

La prédisposition génétique et le contact avec l’allergène sont 2 facteurs à risques élevés.

MÉCANISME DE L’ALLERGIE

L’allergie n’a pas d’âge, ni même de cible en particulier. Dès le plus jeune âge, à l’adolescence, à l’âge adulte ou encore même à l’âge de la retraite, l’allergie peut se déclarer à tout moment de la vie, même d’un jour à l’autre. 

Parce que chaque personne a un système immunitaire différent, il répond de part sa génétique, son environnement, son mode de vie, son alimentation, la pollution, etc…

Les symptômes peuvent varier d’une simple rougeur cutanée à une réaction entraînant le décès.

Chez certains, l’organisme va considérer un aliment comme étant un ennemi alors qu’il aurait dû l’accepter. Le système de défense va donc se mettre en route en libérant une production excessive d’histamine. Responsable de la réaction allergique, cette libération excessive peut avoir de graves conséquences amenant l’ENFANT a un choc anaphylactique mortelle.

Dans cette situation, le pronostic vital y est alors engagé. Il faut réagir vite.

ATTENTION

Toutes les réactions allergiques sont différentes et ne sont pas à conséquences mortelles. Ce qui peut, parfois, rendre le diagnostic difficile à appréhender.

Nous mettons à disposition des supports pour vous aider à reconnaître et distinguer les différents signes pour mieux AGIR.

GÈNES ALLERGIQUES

Le risque génétique se mesure ainsi :

Deux PARENTS ALLERGIQUES

Lorsque l’ENFANT est issu de deux parents allergiques, son risque s’élève jusqu’à 80 %. 

Un PARENT ALLERGIQUE

Lorsque l’ENFANT est issu d’un seul parent allergique, son risque est compris entre 30 et 50 %. 

AUCUN PARENT ALLERGIQUE

Lorsqu’un ENFANT n’a aucun gène allergique, son risque peut s’élever jusqu’à 15 %. 

COMMENT DIAGNOSTIQUER L’ALLERGIE

Le diagnostic se confirme auprès du spécialiste des allergies, l’allergologue. 

À partir de tests, il pourra identifier les substances que l’organisme tolère mal et annoncer son interprétation médicale. Mais il est également important de considérer les antécédents familiaux afin de mieux prévenir des risques possibles.

En effet, un enfant issu d’un ou plusieurs gènes allergiques a plus de risque de développer une allergie de tout type. 

SYMPTÔMES

Contrairement aux intolérances, les allergies alimentaires impactent le système immunitaire. Cela signifie que la réaction est immunologique et qu’elle atteint au moins un système, voire plusieurs à la fois :

  • Cardio-vasculaire (baisse de la tension artérielle, perte de connaissance,…), 
  • Cutané (boutons, plaques rouges,…), 
  • Digestif (douleurs abdominales, vomissements,…), 
  • Respiratoire (difficultés respiratoires, toux,…). 

Plus il y a de systèmes touchés, plus les symptômes aggravent l’état de santé de l’ENFANT mettant en cause son pronostic vital.

Le délai de réactivité peut débuter dès les premières secondes à plusieurs heures après le contact avec l’allergène. L’intensité de la réaction est variable d’un ENFANT à l’autre, voire même d’un moment à l’autre chez ce même ENFANT.

Voici une liste regroupant tous les symptômes possibles :

  • Bouton(s),
  • Chute de la tension artérielle,
  • Démangeaison(s),
  • Difficulté respiratoire,
  • Douleur(s) abdominale(s),
  • Écoulement nasal,
  • Eczéma,
  • Grattage(s) aux mains, pieds et/ou à la tête,
  • Gonflement(s) localisés,
  • Malaise(s),
  • Modification de la voix,
  • Œdème,
  • Pâleur,
  • Perte de connaissance,
  • Picotement(s) aux yeux,
  • Plaque(s) rouge(s),
  • Sifflement(s),
  • Toux,
  • Vomissement(s).

SOLUTION D’URGENCE – TRAITEMENT DE CHOC

L’adrénaline est une hormone naturellement présente dans l’organisme. Elle est sécrétée par le cerveau en réponse à un état émotionnel (stress, agression, etc…).

L’adrénaline est l’unique traitement de choc pouvant enrayer une réaction allergique sévère.

Sous forme de stylo auto-injecteur jetable, elle s’injecte, en une seule fois, par voie intra-musculaire. C’est à dire, sur le côté extérieur de la cuisse, même par dessus le vêtement fin.

Son injection permet de mobiliser tout l’organisme pour affronter un danger mais « uniquement » si elle a été reçue suffisamment tôt.

Sa durée d’action est puissante, brève et sans danger pour :

  • Augmenter la force des battements du cœur,
  • Augmenter l’oxygénation des muscles du cerveau,
  • Augmenter la pression artérielle,
  • Décontracter les voies respiratoires,
  • Dilater les bronches.

Par conséquent, l’adrénaline provoque les effets inverses d’une réaction allergique sévère. 

Elle sauve la vie. 

TYPES DE TESTS

L’allergologue utilise les meilleures techniques médicales pour rechercher la/les substance(s) en cause de la réaction allergique. Les tests se déroulent sous contrôle médical soit en milieu hospitalier, soit en cabinet libéral.

Test cutané : Prick-test

Le prick-test consiste à introduire un extrait de l’allergène sur l’avant-bras à l’aide d’une micro-aiguille stérile. Plusieurs allergènes peuvent être testés simultanément. 

Après 20 minutes, si la zone testée révèle un marquage de type bouton(s), gonflement(s) ou rougeur(s), cela signifie que le test est positif. Par conséquent, vous êtes allergique à l’allergène.

Conseil : Veillez à arrêter ou à faire arrêter à l’ENFANT toutes prises médicamenteuses au minimum 10 jours avant les tests (liste des médicaments à voir avec votre allergologue). 

Tests cutanés : Patch-test

Le patch-test consiste à coller, généralement dans le dos, un pansement contenant la substance allergisante. 

Lors du retrait, après 48 heures, si la zone concernée révèle des boutons, des démangeaisons, un gonflement, un eczéma voire même une zone purulente, cela signifie que le test est positif. Par conséquent, vous êtes allergique à l’allergène.

Tests sanguins : Prise de sang

La prise de sang consiste à rechercher la concentration des anticorps Immunoglobulines E (IgE) spécifiques des allergies dans l’organisme. L’IgE réagit à la protéine alimentaire. 

Par échantillon de sang, le laboratoire analyse la quantité d’anticorps spécifiques à chaque substance allergisante. Plus le taux d’IgE est élevé, plus l’allergie se révèle positive.

Tests de provocation orale (TPO) : Immunothérapie orale (ITO) 

L’ITO est initiée en milieu hospitalier et est strictement protocolaire. De façon sécurisée, elle se poursuit à domicile durant de nombreuses années. Il s’agit d’une méthode de désensibilisation qui stimule les défenses immunitaires.

Par petites quantités préalablement pesées au gramme, l’ENFANT ingère l’allergène sous une surveillance médicale accompagnée d’un équipement d’urgence. Un protocole ordonne l’écart des prises alimentaires et des quantités croissantes jusqu’à l’atteinte du seuil de tolérance du système immunitaire.

3 VOIES DE MANIFESTATIONS ALLERGIQUES

Ingestion

L’ingestion étant la voie la plus connue, la plus courante et la plus rapide. Lorsqu’un aliment entre dans l’organisme, le système de défense débute son travail en déclenchant les symptômes de la réaction allergique.

Inhalation

La forme d’allergie la plus fréquente par la voie inhalée est l’allergie aux Pollens (allergènes volatiles). Dans l’air, ils sont impossibles à contrôler, ce qui développe de plus en plus d’allergies aux Pollens quel que soit l’environnement.

Les allergènes alimentaires fonctionnent par ce même processus. Mais à l’inverse, ils peuvent être maîtrisées.

Comment ?

Dans la mesure du possible, éviter les lieux et actions propices au contact et à la diffusion de l’allergène dans l’air. Un ENFANT allergique au poisson devra donc éviter la fréquentation des restaurants de type spécialités « poissons » même s’il n’en consomme pas. La propagation des allergènes est favorisée par le confinement (vapeur). Le contact avec l’allergène n’est donc pas impossible.

Toucher

Le contact par le toucher peut aboutir aux mêmes conséquences. 

Que allergène soit directement ou indirectement touché par l’ENFANT (ex : l’ENFANT allergique est touché par un autre ENFANT ayant été en contact avec l’allergène), le toucher constitue une forme de contamination encore peu connue.

Dans cette situation, on parle d’allergies par procuration.

SAVOIR REPÉRER LES ALLERGÈNES

L’allergène peut être apparent à l’œil nu en tant que tel. Souvent utilisé pour la décoration, il peut être présenté entièrement ou parsemé soit :

  • En éclat,
  • En miettes,
  • En poudre.

Ex : Les tartes à la fraise sont souvent associées avec une décoration de PISTACHE.

L’allergène peut également être invisible et masqué ou dilué dans l’aliment tel que :

  • Liquéfié,
  • En nanoparticules,
  • En poudre,
  • Etc…

Ex : Certaines charcuteries peuvent contenir du LAIT comme la rosette. 

ACHATS INDUSTRIELS

L’INformation du COnsommateur dite INCO, est une réglementation obligatoire et européenne 1169/2011. Elle oblige les industriels à rendre tant visible que lisible l’affichage des 14 allergènes majeurs.

Dès lors qu’ils entrent dans la composition d’un produit, ils doivent faire l’objet d’une notification clairement informative.

Mais il n’est pas toujours évident d’en comprendre le sens puisque certains peuvent avoir de multiples appellations. Un mémo des « 14 allergènes majeurs » est disponible dans la rubrique « Documentations » afin de vous aider à les décrypter.

FAIT-MAISON

Lorsqu’il s’agit d’une confection faite maison, la lecture des allergènes est la même que celle d’un achat industriel.

Mais celle-ci débute par la matière grasse jusqu’au la décoration finale. Chaque ingrédient doit être lu au mot. 

ATTENTION

À tout moment, les agro-alimentaires peuvent modifier leurs recettes en intégrant ou excluant de nouveaux ingrédients. C’est pourquoi, il est un important de lire systématique toutes les compositions de vos achats, même s’il s’agit d’aliments habituellement consommés.

Notre page associative veille à publier régulièrement les rappels de produits.

5 TYPES D’ALLERGIES

  1. Allergies alimentaires (protéines alimentaires),
  2. Allergies de contact (produits d’hygiènes, cosmétiques, etc…),
  3. Allergies aux médicaments (antibiotiques, vaccins, etc…),
  4. Allergies respiratoires (pollens, acariens, etc…),
  5. Allergie aux venins d’hyménoptères (piqûres d’abeilles, guêpes, etc…).

Selon des études françaises, les principaux allergènes qui toucheraient les ENFANTS sont :

  1. Le lait,
  2. Les œufs,
  3. L’arachide,
  4. Les fruits à coque.

🔸SOUTENIR L’ASSOCIATION D’ENFANTS ALLERGIQUES EN ACCÉDANT AU FORMULAIRE DE DON.

A propos

Basée en Champagne-Ardenne, IsAllergies 51 est la 1ère association d’ENFANTS allergiques fondée en mai 2019 par une famille touchée par les 5 types d’allergies, sous le régime de la loi du 1er juillet 1901 et à but non lucratif.

Lire la suite